mercredi 11 novembre 2015

À suivre...

Qui m'aime me suive:



http://chroniquesfolletrentenaire.blogspot.ca/?m=1

Et

https://m.facebook.com/chroniquesfolletrentenaire

Au plaisir de vous y retrouver! xxx


mercredi 26 août 2015

Attention: enragée au volant

Ça ne date pas d'hier, moi, au volant, j'ai pas une très très grande patience!

Parlez-en à mon père, je suis certaine qu'il se souvient encore (presque 10 ans plus tard!) de sa première visite au Centre-Ville de Montréal en pick-up avec sa fille (moi-même). On s'en allait voir Casse-Noisette, ça faisait 1 an que j'habitais Montréal (alors j'étais rendue une habituée!) et on s'est fait coupé par un char qui a décidé de se stationner en parallèle tout de suite après nous avoir coupé. Je voyais rouge! Je lui criais: ''Klaxonne-le!!'' et même si j'étais assise à l'arrière, j'étais à deux doigts de peser moi-même sur le klaxon. Mon père, pendant ce temps, cherchait le dit klaxon sur son volant, abasourdi par sa fille enragée au volant.

Moi, avec mes années de conduite à Montréal, je sais très bien il est où mon klaxon!

Cette semaine, alors que je repartais de l'hôpital Ste-Justine avec ma fille, je suivais tranquillement mon GPS pour me ramener vers l'autoroute 40 direction Est quand... j'ai fait face à une entrée sur l'autoroute qui était barrée!!! Comment être si près de l'autoroute mais devoir s'en éloigner aussi loin? Et surtout pourquoi!!!! La conne du GPS, qui ne savait pas que la sortie était barrée, continuait de vouloir me faire faire demi-tour pour aller prendre la sortie barrée et moi, je savais pas où j'étais rendue et ça me fâchait. C'était de toute beauté de me voir m'engueuler avec la femme du GPS!

C'est là que j'ai eu un flash!!! Avec tous les trucs qu'il m'arrive en char, je devrais faire des capsules vidéos ''Enragée au volant'' me mettant en vedette quand je conduis. Je suis sûre que vous auriez un plaisir fou à me voir pogner les nerfs après tout ce qui bouge!

Bon mercredi!



lundi 10 août 2015

''Maman, j'ai peur!!''

Vous savez, il n'y a pas d'âge pour avoir peur...

''Maman, j'ai peur!!'' peut être dit par une enfant de 6 ans ou une maman de 29 ans!

Mais qu'est-ce que la peur?

Voici la définition de Wikipédia:

''La peur est une émotion ressentie généralement en présence ou dans la perspective d'un danger ou d'une menace. En d'autres termes, la peur est une conséquence de l'analyse du danger et permet au sujet de le fuir ou de le combattre, également connue sous le terme « réponse combat-fuite ».''

L'analyse du danger, qu'est-ce que c'est que ça??

La peur nous contamine souvent par notre appréhension de ce qui s'en vient et les scénarios ''catastrophe'' qu'on se fait. On s'imagine ce qui va arriver (rarement très positivement! hahaha!!) et... la peur nous tient!

Qu'est-ce qui arrive quand on parle de notre peur? Tout le monde nous dit que ça va bien aller. Et là, on a juste envie de crier: ''Vous n'en savez rien!!! Et si ça va mal!?!?''

Comment le savoir? Personne n'est devin.

Alors, pour le savoir, il faut prendre son courage à deux mains et foncer. Ça ne sera peut-être pas facile mais... ça pourrait être 100 fois mieux que ce qu'on s'était imaginé.

Et si c'est pire, on fait quoi? On se prend une bonne coupe de vin en bonne compagnie et on cogite sur un plan B.

Il faut avoir confiance en soi et en la vie. Tout fini toujours par s'arranger.

lundi 20 juillet 2015

Parents crétins

Dernièrement, nous avons décidé de limiter aux enfants l'accès à la télé, au IPad, IPhone, console de jeux et autres trucs électroniques.

J'ai lu cet articles sur Steve Jobs qui ne laissait pas ses enfants utiliser de IPad. Voici le lien de l'article en question:

http://www.espritsciencemetaphysiques.com/steve-jobs-laissait-pas-enfants-ipad.html

On y mentionne entre autre que ce genre de technologies représenterait une menace pour la créativité. Sincèrement, je n'ai pas de misère à le croire...

La première journée où les enfants ont eu le malheur de ne pouvoir disposer que d'une heure de ''trucs électroniques y compris la tv'', ma cocotte a tourné en rond dans la cuisine une bonne heure en me disant qu'elle ne savait pas quoi faire. Pendant que je m'occupais à défaire le lave-vaisselle, le remplir, faire la vaisselle et autres tâches ménagères dans la cuisine, je lui énumérais une foule de possibilités...

Elle ne manque pas de jouets, sa chambre est pleine de Barbie, Monster High, Pouliches, Pouliches version Barbie, Playmobil, Poupées, Lego, Petshop, etc. Elle a aussi dans sa chambre des trucs pour faire du scrapbooking, des livres d'activités de toutes sortes sur un paquet de thèmes, de la pâte à modelée, des crayons feutres, de bois, de la peinture, alouette!! Sérieusement, j'aimerais bien avoir une heure à moi seule dans cette chambre, c'est la caverne d'Alibaba. Alors, entre la vaisselle et la balayeuse, je suis montée avec elle dans sa chambre. J'ai constaté (je devrais plutôt dire re-constaté car je le savais déjà mais j'avais remis à plus tard...) que son coin jeux était un peu trop à l'étroit alors j'ai ré-organisé le petit coin en question pour qu'elle ait de la place pour bouger en jouant! Une fois cela accompli, j'ai fait un salon de coiffure et une boutique de vêtements pour les Monster High et je lui ai dit que les Barbie, les Monster High ET les Pouliches pouvaient toutes jouer ensemble MÊME si elles ne sont pas de la même ''sorte''. C'est une genre de visite inter-royaume. Une fois startée, elle a joué une bonne heure toute seule.

Pendant ce temps, je me suis attaquée à la chambre de son frère... Il a lui aussi beaucoup de jouets mais ne joue pratiquement jamais avec. Pourquoi? Quand nous sommes arrivés dans cette nouvelle maison, j'ai eu la brillante idée de placer le lit de façon à ce qu'il traverse la chambre. (C'était l'option qui faisait le plus ''beau'') C'était donc beau mais pas pratique car il n'avait pratiquement pas de place pour jouer (je me sentais moi-même serrée quand je me mettais par terre pour jouer avec lui) Ça fait que je me suis transformée en super héro pour mon fils qui capotait de me voir ainsi déplacer sa commode, son lit et autres meubles dans sa chambre. Au final, les meubles sont collés sur les murs et il a tout le centre de la chambre pour jouer. Et savez-vous quoi? C'est très joli!

Où est-ce que je veux en venir?

Une fois le problème des enfants réglés... Il reste celui des parents... Ça l'air super simple de dire ''On limite l'accès aux trucs électroniques''!! Mais... dans les faits, il vous faudra être conséquents même si ça ne vous le dit pas.

Du genre: vous arrivez avec les enfants le soir et ils chialent déjà qu'ils ont faim alors que vous n'êtes même pas rendue dans la cuisine pour préparer le souper. Vous sortez les ingrédients pour le souper et ça n'arrête pas de bourdonner autour de l'ilot de cuisine. Ça court, ça chiâle. Vous essayez de dire aux enfants de se calmer et d'aller jouer dans leur chambre le temps que vous prépariez paisiblement le souper mais ils ne veulent pas. La solution? ''Les enfants, aimeriez-vous que maman vous parte un petit film?'' Ben non!! Vous ne pouvez pas, ils ont déjà écouté une heure de télé ce matin en se levant... Ça fait que vous devez trouver d'autres solutions du genre: ''Hey les enfants, venez au comptoir, maman va vous sortir Yum Safari et vous allez pouvoir faire une partie pendant que maman cuisine!''

Est-ce tout? Ben non, je n'ai pas encore fait le lien avec les parents crétins. Vous savez sûrement que l'expression ''Faites ce que je dis, faites pas ce que je fais'' ne s'applique pas quand on a des enfants. Alors, il faut donner le bon exemple. Ça veut dire: pas de IPhone ou de IPad quand on est à la table. Ça veut aussi dire que maman doit dire à papa de lâcher son IPhone pendant la game de Bingo même s'il trouve que le ''Calleur'' de Bingo (ici notre fils) ne fait pas ça assez vite à son goût.

Et si vous ne faites pas ça? Ben là, vous aurez l'air de parents crétins aux yeux de vos enfants!

vendredi 17 juillet 2015

En attendant...

Ces temps-ci, je jongle avec les escarpins Michael Kors (et les ampoules derrière les talons qui vont avec...j'suis pas encore rendue à me payer des Louboutins ou des Manolos), les entrevues, les rendez-vous à la clinique ou chez la coiffeuse pour les enfants (même pas pour moi!!), l'épicerie, les recherches de job (quand tu ne sais pas ce que tu recherches comme job, c'est comme chercher une aiguille dans une botte de foin), les attentes de l'homme de la maison, mes training, le ''pas de temps'' pour me faire les ongles (avec un vernis acheté il y a des semaines de cela et malgré que je suis à la maison et que je suis supposé ne rien avoir à faire) ou savoir ce que je veux faire dans la vie, etc. Une vie de femme maman bref!
 
Ce soir, c'est soirée de femmes avec... moi-même... Pour l'occasion, moi qui n'écoute pratiquement jamais de film de filles, je me paye la traite! C'est avec ''En attendant'' que ça se passe. C'est l'histoire d'une femme qui est sortie du secondaire depuis 10 ans et qui est perdue dans sa vie (Ça lui donne presque le même âge que moi!). Elle ne sait toujours pas ce qu'elle veut faire dans la vie et tout ce qui tourne autour d'elle lui donne la nausée. Elle n'est plus sur la même longueur d'ondes que ces amies, de son conjoint et tout ce qui l'entoure. Elle décide de prendre une semaine pour réfléchir et se retrouve à habiter chez une ado qu'elle a rencontré devant une épicerie et qui lui a demandé de lui acheter de la boisson. Un vrai bordel quoi!
 
Comme je cherche toujours ma place dans le monde, je me suis dit que c'était le film idéal pour moi.
 
Voici un superbe passage du film qui m'a bien fait sourire (j'adore la stupidité et l'ironie!):
 
''Père: Donc... quoi de neuf chez tes amies les ados? Est-ce que ma fille est amoureuse du jeune Ricco Suave?
Elle: Woh!! Ça c'est de l'information privilégiée. Je peux rien dire.
Père: Y'a pas grand chose qui se passe entre les oreilles de ce que gars là, pas vrai?
Elle: Oh... tu vois en ce moment elle a pas besoin d'un gars brillant.
Père: Ouais... c'est plus simple quand on est jeune.
Elle:  Hum... (approbation)
Père: Tout ce qu'on attend d'une personne, c'est de se sentir... stupide avec elle.
Elle: Qu'est-ce qui se complique avec l'âge?
Père: On doit... avoir l'impression que l'autre a la même vision que nous de ce qui est stupide.''
 
Maintenant, dernière citation, et celle-là plus sérieuse:
 
''Elle à l'ado: Okay, je vais te dire deux choses que j'ai pu remettre en perspective depuis que j'ai quitté le secondaire il y a un moment déjà. La première, c'est que les notions de maths qu'on t'apprend et qu'on te jure qui te seront utiles, te le seront jamais. T'auras jamais à déterminer l'équation d'une parabole et t'as vraiment pas à connaître le nom des formes qui ont plus de huit foutus côtés. La seconde, ... la seconde, je l'ai seulement remise en perspective récemment mais... c'est que (interruption) ça te sert à rien de mettre de coté ce que tu veux en fonction d'un avenir imaginaire. Mieux vaut que tu l'assumes et que tu suives ton cœur.''
 
Vous savez quoi? Je ne veux pas perdre de vue qui je suis, la femme que je suis et ce qui est important pour moi.
 
On fait ça comment? Aucune idée!!
 

Stay tuned!!
 
Cath

mercredi 20 mai 2015

La course, la course!

La course au temps... la course à la motivation... la course à la santé... la course au beau physique... la course à la mode... la course, toujours la course.

Avez-vous l'impression d'être toujours entrain de courir? Moi oui! Je ne cours plus en talons hauts, non, je cours en gougounes (le temps de mon interlude à la maison)... mais je cours toujours!

Courir pour aller porter les enfants (et arriver avant que la cloche de l'école sonne pour pas que cocotte soit en retard!), courir pour revenir à la maison et avoir le temps de faire le plus de trucs possibles (à la course toujours!!!) avant de retourner chercher les enfants! On court à l'épicerie, on court pour arriver à l'heure aux rendez-vous (à la clinique! chez l'ORL, pour le vaccin du chat! Nommez-les!), on court pour aller échanger les gougounes de monsieur parce qu'une des deux est une 10 et l'autre une 8 mais qu'elles étaient attachées ensemble (!!), on court pour aller faire changer la serrure qui est brisée (afin qu'on aille plus à entrer par le garage...!), on court pour lire les 40 000 pages de lecture des cours d'été qu'on a pris en essayant de tout assimiler (même si on a l'impression qu'on y arrivera jamais), on court pour prendre des collations (santé, santé!), on court pour s'habiller en tenue de gym pour faire notre yoga (comme on court pas en faisant du yoga, on court dans notre tête pendant en se disant ce qu'il va falloir ''clencher'' après!). On court toujours! On va chercher les enfants à la course après une journée à courir et on revient avec eux à la maison à la course (faut garder le rythme!!). On court pour faire le souper et donner le bain... on court pour les mettre au lit. Ils sont au lit, Est-ce qu'on a fini de courir?? NON!

Et à la fin de la journée, on court jusqu'à notre lit pour s'endormir le plus vite possible! Parce que demain est un autre jour où... ON VA COURIR!

jeudi 14 mai 2015

C'est quoi la vie? Un show de feux d'artifices?

Il y a quelques années, je parlais avec un ami et qu'il m'exposait sa théorie sur l'amour qui ne peut être toujours ''passionné''. Qu'il y a des moments où être en couple c'est bien ordinaire et qu'il y a des jours sans passion. Avec de l'amour certes mais rien d'extravagant. Il me disait qu'il avait beau avoir l'air d'être le chum idéal... dans la vie de tous les jours... ça lui arrivait d'être bougon avec sa blonde! Je le croyais quand il me parlait de sa théorie mais en même temps je me disais que c'était triste...

Dernièrement, j'ai vu cette superbe photo de feux d'artifices alors que je me questionnais sur ma vie. Je parle avec plein d'amies et nous sommes, pour plusieurs, insatisfaites alors que nous avons tout pour être heureuses... Qu'est-ce que ça nous prend de plus?

Un show de feux d'artifices tous les jours!!!! Voilà la réponse!

Mais la vie c'est pas ça... La vie c'est comme la théorie de l'amour... La vie...c'est la routine parsemée de surprises. Si on avait un show de feux d'artifices à tous les jours, ça deviendrait... la routine!

Alors dans la vie, pour être heureux, il faut apprécier la routine avec ce qu'elle nous apporte de beau et profiter au max des shows de feux d'artifices quand il y en a un.



mardi 12 mai 2015

Et c'est mon problème parce que...?

Ça vous est déjà arrivé de penser ceci:

''Et c'est mon problème parce que... Oh, attend! Non, ce n'est pas mon problème.''
Citation tirée d'un de mes films préféré c'est-à-dire: Le diable s'habille en Prada!

Moi oui!! Très souvent en fait!

Voyez ici comment cette superbe réplique du diable s'habille en Prada aurait pu servir (Remplacer le Grrrr* par la citation):

''Lui: Il faudrait que tu achètes des fruits à l'épicerie.
Moi: Le frigo est plein de fruits!! Fraises, framboises, bleuets, etc!
Lui: Ouain mais il sont pas arrangés! (C'est-à-dire lavés et équeutés) Faudrait que tu le fasses.
Moi: Grrrr*!''

Voyez ici une autre situation dans laquelle vous pourriez très bien le penser...

Vous êtes tranquillement assise entrain de prendre votre café du matin quand...
''Enfant: Maman!!! Je trouve pas (insérer ici le nom de n'importe quelle bébelle!)!
Vous: As-tu regardé sur ton bureau?
Enfant: Oui!! Mais c'est pas là! Bouhou!
Vous: As-tu regardé dans ton garde-robe?
Enfant: Oui!! Mais c'est pas là! Bouhou!!!
Vous: Grrrr*!!'' (Et vous vous levez pour aller chercher avec votre charmante progéniture la dite bébelle! Chanceuse comme vous êtes, quand vous allez avoir trouvé la bébelle ou pas et que vous allez avoir été obligée de consoler la charmante progéniture, votre café va être FRETTE!)

Avouez que cela s'applique super bien dans la vie de tous les jours quand vous êtes une mère, une conjointe, une collègue de bureau, etc!

Vous risquerez-vous à l'utiliser? Moi, j'en ai bien envie!

À suivre!

jeudi 30 avril 2015

Se définir

Y'a-t-il un âge auquel on doit savoir qui nous sommes?

Est-ce qu'à 18 ans en quittant le nid familial, mon identité, ma définition aurait dû être ancrée en moi? Est-ce plutôt à 21 ans lorsque je suis tombée enceinte? Ou bien peut-être après avoir mon 2e enfant? Après la combientième voiture, la combientième maison, la combientième année de carrière? Après la combientième dépression? Quand dites-moi doit-on savoir qui l'on est?

Moi qui écoute très peu la télé, ce matin, je me suis assise avec un café devant cette dernière. Et contrairement à d'habitude... Je l'ai allumée! J'ai trouvé une émission de Mitsou qui interviewait Marie-France Bazzo et elles parlaient d'étiquettes. De comment les gens nous perçoivent et de comment on est vraiment.

Depuis quelques semaines je sens que je ne trouve pas mon équilibre. Cette réflexion d'étiquettes m'a fait penser à l'identité... Parce que parfois, les étiquettes et la façon dont les gens nous perçoivent ne correspondent pas à notre identité. Si notre identité est définie, on ne se défini pas en fonction des étiquettes. On est capable de garder une distance ou de porter un jugement sur les étiquettes.

Comment est-ce que je me défini moi? La base de toute maison est sa fondation. L'identité pour moi, c'est la fondation. Quand elle est solide, on peut bâtir une construction qui va durer longtemps. Quand est-ce qu'on commence à bâtir? Dans la vie, ça ne vient pas dans cet ordre... On bâti avec l'expérience, avec les années qui passent et... parfois c'est sur du solide, parfois sur des sables mouvants. Et parfois la maison s'écroule! On recommence à bâtir... sur du solide? Pas toujours.

Alors à quel âge est-on supposé trouver l'équilibre? À quel âge on sait où on s'en va et où on va atterrir? Est-ce qu'on le sait un jour?

lundi 9 mars 2015

Parcelle de Capara version 2.0

J'ai laissé ce blog à l'abandon depuis juin 2013...

Ce n'est pas parce que je n'avais pas le temps... c'est parce que je n'en avais plus envie. Je ne savais plus quoi raconter. J'avais l'impression de vivre une vie remplie de vide.

Le temps a passé... je me suis cherchée et cherchée...! Et finalement, autour du mois de novembre dernier, mois des morts, mois de ma fête, je me suis retrouvée.

J'aurai trente ans dans moins d'un an. Comme l'espérance de vie moyenne d'une femme au Canada est de 86 ans... il me reste au moins 50 ans à vivre. Considérant cela, il fallait que je décide ce que j'allais faire pour m'occuper d'ici là! Je me suis donc demandée : Comment veux-tu vivre les 50 prochaines années? Il y a un an, je vous aurais dit que j'aurais aimé les vivre en dormant! Mais bon, comme je ne suis pas la belle au bois dormant, il fallait que je trouve un autre projet.

Projet lancé en fin 2014: me retrouver! Comment fait-on pour se retrouver? On passe du temps en tête à tête avec soi-même! Et on fait ça comment vous me direz? Moi, qui n'avait jamais été sportive, je me suis retrouvée dans le sport et dans la nutrition! C'est en prenant soin de mon corps que j'ai pris soin de ma tête.

Ai-je changé? Certaines de mes amies m'ont dit qu'elle n'aurait jamais cru me voir zen un jour! Oui, oui! Vous avez bien lu, je suis zen (le yoga doit y être pour quelque chose)! Et qui plus est, positive!

Mais ne vous inquiétez pas, j'ai gardé mon petit côté ironique, moqueur et superficiel (j'aime encore les sacoches et les souliers et je m'entraîne en pensant à comment je vais être sexy en bikini cet été!).