jeudi 1 décembre 2011

Un cercle vicieux

Tout est toujours à recommencer non?

Le matin, on fait le lit. Le soir, on le défait. Et le lendemain, on recommence.

On lave tous les vêtements de la maison et quelques jours plus tard, tous les paniers à linge sont pleins.

On fait la vaisselle, on contemple le comptoir vide et propre et après le souper, tout est à recommencer.

On vide le lave-vaisselle et le lendemain, on recommence.

On passe la balayeuse et quelques jours plus tard, la maison est encore pleine de poussière.

C'est sûrement pour cette raison que les gens partent en vacances dans le Sud plutôt que de rester à la maison...

Mon conjoint prend 3 semaines de vacances à Noël, je devrais sauter de joie mais ce n'est pas le cas. Avec lui, il faut que ça bouge... Pas moyen d'arrêter deux secondes. Et au lieu de m'aider avec les enfants, il se trouvera 40 000 commissions ou activités à faire pour ne pas être dans la maison. Ensuite, il me dira que s'il ne m'aidait pas à la maison, c'est  parce qu'il faisait des commissions pour la famille.

Ce qui me ferait plaisir à Noël cette année, ce serait de partir dans le Sud seulement avec mon conjoint et mes enfants. Pour être ensemble et profiter de la vie sans avoir à se préoccuper des tâches de la maison (ni des party de Noël qui grugent de l'énergie). Même pas de lit à faire! Ce serait le rêve!!


3 commentaires:

Caro l'ergo a dit…

Alors, qu'est-ce qui t'en empêche ?

Imprévisibilité, folie, ... tout est possible dans la vie! Il faut y croire, il faut foncer tête première!

Hervé Desbois a dit un jour : ‎''Vous êtes maître de votre vie, et qu’importe votre prison, vous en avez les clefs.''

Bonne réflexion! ;)

Capara a dit…

@Caro l'ergo: Je me suis risquée à en parler à mon conjoint hier... On est pas trop sur la même longueur d'ondes!

1-Les enfants:
Lui: aimerait partir sans eux.
Moi: j'aimerais partir avec eux pour ne pas stresser de les laisser et de penser à eux pendant tout le voyage.

2- Le temps de l'année:
Lui: trouve que ça ne sert à rien de partir pendant les fêtes car c'est là que ça coûte le plus cher.
Moi: je me fou du prix car le bonheur n'a pas de prix!

Bref, on ne partira pas mais je vais m'écouter et mettre mes limites sur nos «sorties».

J'adore ta citation d'Hervé Desbois. Merci pour les pistes de réflexion. ;)

Caro l'ergo a dit…

Peut-être qu'un petit week-en en amoureux serait un bon compromis ? Tu sais 2-3- jours sans enfants. C'est moins dur pour le coeur de maman et ça fait plaisir à papa...

L'important, c'est de s'entendre. ;)